Pour un style art nouveau, la lampe Tip Gallé

Courant artistique majeur de XXe siècle, l’Art nouveau a révolutionné les formes et la matière. Émile Gallé, génie créatif, amoureux de la nature, vivait pour la création. Précurseur des arts décoratifs, l’artiste utilise la nature dans ses décors, et le verre comme matière.

Lampes Tip Gallé

Pour une ambiance chaude et feutrée, la lampe en pâte de verre créée à elle seule un univers unique. Utilisant les techniques du passé, les lampes Tip Gallé sont aujourd’hui des copies du style Émile Gallé, mais elles n’en restent pas moins aussi belles et envoutantes …

La lampe Gallé, c’est aussi une immersion au sein de la Belle époque, un voyage à travers l’histoire. Une lampe champignon intemporelle et indémodable. Très complexe à réaliser, la lampe Tip Gallé nécessite un verrier très expérimenté.

Qui était Émile Gallé ?

Un peu d’histoire de l’art. Émile Gallé est considéré comme le créateur des arts décoratifs du XXè siècle. Né à Nancy en 1946, Émile recevra une éducation très soignée. Fils de Charles Gallé, alors commerçant de cristaux et porcelaine.

Émile Gallé va alors voyageait et développer une passion pour la botanique, qui s’exprimera plus tard à travers ses œuvres.

L’entreprise de son père est prospère, ses services de verres se retrouvent sur les tables royales, mais aussi celles des particuliers.

Émile, après plusieurs voyage à l’étranger, et notamment en Bohême, en vu de la préparation de l’Exposition universelle de 1867, se découvre une passion pour le dessin.

C’est à cette même date qu’Émile va s’associer à son père, lui confiant la direction artistique. Émile obtiendra une mention honorable pour la verrerie à l’Exposition Universelle de 1867.

En 1872, Gallé obtient une médaille d’or dans la classe 33 (porcelaine et cristaux) à l’Exposition universelle et internationale de Lyon. 3 années plus tard, Émile Gallé demande la main d’Henriette Grimm (1848-1914), fille d’un pasteur de Bischwiller (Alsace), avec laquelle il aura quatre filles.

L’entreprise Gallé se développe, passant de l’artisanat à l’industrie. Les pièces de l’artiste sont alors très demandées. En 1900, l’entreprise Gallé s’élève à deux cents personnes.

En 1901, Émile Gallé officialise l’École de Nancy, née de la seule volonté de Gallé, alerté par la concurrence venue des pays étrangers. En effet, il est convaincu que la défense des intérêts des industriels lorrains et le rayonnement de l’esthétique naturaliste qu’ils illustrent passent par un regroupement de leurs forces.

Aujourd’hui, les œuvres de Gallé sont très recherchés, se négociant à plusieurs milliers d’euros.

La fabrication des lampes Tip Gallé

Grâce à une température de fusion allant jusqu’à 1400°C, l’artisan verrier sculpte et joue avec la matière. Tel un artiste peintre, la gravure du décor est réalisé à l’acide.

Pour obtenir ces différents effets de couleurs, l’artiste appose plusieurs couches de verre, de 3 à 5 couches différentes. Chacune ayant une couleur spécifique.

Par la suite, l’artisan appose le décor réalisé sur la pièce. Des décors naturels, très précis concernant la représentation. À l’aide d’un vernis, l’artisan va recouvrir les parties de la pièce à protéger de l’attaque acide. La pièce peut ensuite être travaillée de différentes façons, au pinceau ou plongée dans un bain.

On obtient alors un luminaire unique, représentant un savoir-faire traditionnel, entièrement réalisé par la main de l’homme. Un luminaire qui se transmettra de génération en génération, empreint de l’histoire de chacun.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *